Le confinement est-il bénéfique pour notre santé mentale ? Pas vraiment.


Le confinement est en général une expérience désagréable pour ceux qui la subissent.

La perte de liberté, l'incertitude quant à l'état de la maladie et l'ennui peuvent, à l'occasion, créer des effets dramatiques.

Des suicides ont été signalés, des colère considérables générées et des poursuites ont été engagées suite à l'imposition de la quarantaine lors d'épidémies précédentes.

Ceci montre à quel point il est important de peser les avantages potentiels de la quarantaine de masse obligatoire par rapport aux coûts psychologiques possibles.

L'utilisation réussie de la quarantaine comme mesure de santé publique doit ainsi réduire, dans la mesure du possible, les effets négatifs qui y sont associés.

I- L'impact psychologique du confinement

Cinq études ont comparé les résultats psychologiques des personnes mises en quarantaine à celles non mises en quarantaine.

Une étude du personnel hospitalier qui aurait pu entrer en contact avec le SRAS a révélé qu'immédiatement après la fin de la période de quarantaine, cette dernière était le facteur principal de plusieurs effets psychologiques.

Dans la même étude, le personnel mis en quarantaine était beaucoup plus susceptible de signaler l'épuisement, le détachement des autres, l'anxiété lorsqu'il s'agissait de patients fébriles, l'irritabilité, l'insomnie, une mauvaise concentration et l'indécision, la détérioration du rendement au travail et la réticence au travail ou la considération d'une démission.

Une étude autre étude comparant les symptômes de stress post-traumatique dans les parents et les enfants mis en quarantaine avec ceux non mis en quarantaine ont constaté que les scores moyens de stress post-traumatique étaient quatre fois plus élevés chez les enfants mis en quarantaine que chez ceux qui n'étaient pas mis en quarantaine. 28% (27 sur 98) des parents mis en quarantaine dans cette étude ont signalé des symptômes suffisants pour justifier un diagnostic de trouble de santé mentale lié à un traumatisme, contre 6% (17 sur 299) des parents qui n'étaient pas mis en quarantaine.

Une 3eme étude du personnel hospitalier a examiné les symptômes de dépression 3 ans après la mise en quarantaine. Ceci a révélé que 9% (48 sur 549) de l'ensemble du groupe a signalé des symptômes dépressifs élevés. Dans le groupe présentant des symptômes dépressifs élevés, près de 60% (29 sur 48) avaient été mis en quarantaine, mais seulement 15% (63 sur 424) du groupe présentant des symptômes dépressifs faibles avaient été mis en quarantaine.

Ces chiffres sont extrêmement effrayants, on peut très bien conclure l'effet néfaste du confinement sur notre santé mentale. Mais pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'un simple manque de liberté a un tel effet sur notre psyché ?

En fait, c'est très simple. Il ne s'agit pas seulement d'un manque de liberté.

II- Facteurs de stress durant le confinement

Durée du confinement

Trois études ont montré que des durées de mise en quarantaine plus longues étaient associées à une mauvaise santé mentale en particulier, des symptômes de stress post-traumatique, comportements colériques. Bien que la durée de la quarantaine ne soit pas toujours claire, une étude a montré que ceux mis en quarantaine pour plus de 10 jours ont montré des symptômes de stress post-traumatique significativement plus élevés que ceux mis en quarantaine pendant moins de 10 jours.

Ceci montre tout simplement que moins on reste confinés, mieux c'est.

Phobie de l'infection

Le titre est très explicatif, en effet, la peur de l'infection a un effet psychologiques très élevé.

Les participants à huit études ont fait part de leurs craintes quant à leur propre santé ou du fait d'infecter leurs proches. Ils ont éprouvé des symptômes physiques potentiellement liés à l'infection ce qui a aggravé leur phobie.

Il s'agissait dans ce cas d'un effet nocebo, plusieurs confinés ont fini par croire à 100% qu'ils étaient malades et ont donc contracté les symptômes sans pour autant être atteints du virus

Frustration et ennui

Le confinement, la perte de la routine habituelle et la réduction des contacts sociaux et physiques avec les autres provoquaient souvent l'ennui, la frustration et un sentiment d'isolement du reste du monde, ce qui était pénible pour les participants.

Informations incomplètes et inadéquates

De nombreux participants ont cité la mauvaise information des autorités de santé publique comme facteur de stress, signalant des directives claires insuffisantes sur les mesures à prendre et une confusion quant à l'objectif de la quarantaine.

Les participants ont également signalé un manque de transparence perçu de la part des responsables de la santé et du gouvernement quant à la gravité de la pandémie.

Que peut-on faire pour minimiser les effets du confinement?

1. Il faut commencer par minimiser la période de confinement, ceci est cependant la responsabilité des responsables du gouvernement mais aussi des citoyens. En suivant les consignes données par l’état, la prise en main de la pandémie sera plus rapide car certains facteurs liés à l'infection seront moins présents. Il s'agit aussi de fournir au citoyens tout ses besoins quotidiens afin de garantir un confinement plus agréable et éviter les répercussions sur la psychologie d'une population entière qui en elle-même aura un effet néfaste sur la productivité du secteur industriel, économique et touristique du pays

2. Ensuite, garantir un apport d'informations cohérentes et complètes afin de donner aux citoyens une image parfaite de la situation. Les laisser dans l'ignorance ne fait qu'accentuer le sentiment de détresse.

3. Faire en sorte que le changement entre la vie normale et la vie sous confinement soit minime. La routine que suivent les gens est un facteur de stabilité très important. Les gens sortent, travaillent, rencontrent leurs amis ... Le gouvernement se doit de garantir aux citoyens une vie certes plus limitée, cependant, ne changeant point la routine essentielle des citoyens.

  • Facebook

(uptolife24.com) participe au Programme Partenaires d’Amazon , un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr, Amazon.ca (ou tous autres sites Amazon).

Amazon et le logo Amazon sont des marques d’Amazon.com, Inc. ou de ses affiliés.